Return to site

La coopération fait revisiter notre rapport à l'amour

Entrer dans une dynamique de coopération pose bien entendu la question de l'altérité et de la singularité. Chacun est l'occasion d'une projection en miroir de tout le scénario familial, rapport dans la fratrie pour trouver sa place et revisiter l'amour parental pour obtenir de la reconnaissance.

Les rencontres peuvent être facteur de croissance collective et parfois apparaissent comme des moments régressifs, collectifs.

Et si nous nous autorisons à traverser ces régressions, qu'y découvre-t-on? Les résonances à nos parts blessées et vulnérables? Le plus meurtri ou blessé peut entraîner avec lui l'ensemble du groupe dans sa quête de réparation inassouvie? Les tensions qui en résultent peuvent conduire le groupe à exploser comme le couple parental (du plus fragile), séparé par un divorce ou un deuil.

 

Alors le groupe qui chemine vers une plus grande coopération, est-il la caisse de résonance de toutes les névroses en écho? L'opportunité systémique de comprendre ce qui se joue au bal des tensions?

Et si le groupe permettait de rejouer le manque d'amour du père et de la mère, sur quoi porteraient les fragilités ? Sur la bienveillance et le cadre, archétypes du role de la mère et du père.

 

Les blessures des uns sont si criantes que leur expression peut faire plier la résistance du groupe, comme le roseau et parfois, à l'instar du chêne, casser, se rompre, exploser.

 

C'est alors l'occasion de paroles déposées, en profondeur, ce qui ne veut pas dire devenir un espace thérapeutique, juste comprendre ce qui se joue pour chacun et par conséquent pour l'ensemble.

La posture cadrante consistera à contenir les parties éparses intérieures et individuelles afin qu'elles ne contribuent pas à l'entropie du groupe. et ceci avec la bienveillance et la tendresse suffisantes pour que les besoins de réparation puissent être pris en considération, même si c'est à l'extérieur du groupe.

Ainsi, chaque facilitateur sur le chemin de l'accompagnement d'un groupe a-t-il à s'assurer de son ancrage et de son alignement intérieur, vérifier qu'il est bien en paix avec ses parties fragiles et ses parts d'irrésolu. C'est en augmentant la paix intérieure et l'unité qu'il pourra accueillir et contenir les clivages de quelques-uns et aider le groupe à traverser les multiples turbulences de la danse des altérités.

Christine Marsan, 10 juin 2018.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly