Revenir au site

Nous avons rendez-vous avec l'histoire

Nos choix deviennent déterminants, visibles et sont systémiques

Entre possible et impossible, deux lettres et un état d’esprit.

Charles de Gaulle

La pandémie du Coronavirus met en exergue cette fois-ci de manière criante et mondiale notre système économique, nos interactions internationales, notre extrême fragilité et rend visible ce que signifie les interactions systémiques.

Et comment réagissons-nous?

Par la panique.

Principe de précaution? Peut-être, et comment concilier prudence, pragmatisme et sérénité ?

Est-ce qu'immobiliser l'économie mondiale va apporter la ou les réponses ?

Une opportunité pour nous réinventer et repenser l’économie de manière plus juste et rationnelle ?

On ne peut pas résoudre un problème avec le même mode de pensée que celui qui a généré le problème.

Albert Einstein

Nous sommes donc au moment des questions.

Aux problèmes complexes, quelles réponses complexes ?

La majorité des organisations connaissent la notion de VUCA[1], désormais, il n'est plus question de concepts, de théories ou de formations, mais de venir tester la résilience de nos entreprises.

Cédons-nous à la peur ou est-ce que nous essayons d'appréhender la complexité avec un autre niveau de conscience pour répondre ?

Il n’est pas question de nier la réalité, à la fois des constats de notre futur, comme celle d’une pandémie ou toute autre « perturbation » mondiale mais plutôt de savoir comment nous y répondons ?

En tant qu'êtres humains, nous avons été dotés de ce qu'il faut d'intelligence pour nous rendre compte à quel point celle-ci est inappropriée face à l'existence.

Albert Einstein

Est-ce que nous faisons le choix reptilien du repli pour la survie ? Ou osons-nous avoir le courage[2] de la prospective et mobilisons tout ce que nous avons de plus développé dans notre intelligence cognitive et émotionnelle (néo-cortex[3]) pour traverser ce « soubresaut » mondial qui nous immobilise ?

Choisissons-nous la terreur, la paresse, le déni, le renoncement ou le courage[4] de faire face et de trouver, ENSEMBLE, des solutions matures aux problèmes interreliés – systémiques – de notre monde ?

Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leur âme.

Nicolas Machiavel.

Il y a des moments où nos vies, nos choix et nos actions rencontrent l’Histoire.

J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peurs, mais la capacité de les vaincre.

Nelson Mandela

Alors, comment décidons-nous d’agir ?

Quelle place prenons-nous à titre individuel et au service d’autrui : collectifs, organisations, familles… ?

Et si nous réussissions à concilier les besoins économiques avec l’éthique écologique – le respect du Vivant et de tous ses règnes -, la performance et le bien-être des personnes ? Et si au lieu de tout cliver[5], nous trouvions des passerelles de réconciliation des contraires pour trouver des solutions complexes à la hauteur des enjeux systémiques de notre monde ?

Seul celui qui éprouve et l'effort de Sisyphe et la peur du diable est courageux.

Cynthia Fleury

Pour cela aidons les dirigeants, leaders, managers à :

  • Avoir le bon niveau d’appréciation des difficultés ;
  • Avoir les ressources pour comprendre et piloter la complexité
  • Piloter les dérives émotionnelles individuelles et collectives
  • Faire émerger les résiliences individuelles et collectives
  • Déployer une posture d’agilité qui compose avec l’incertain.

Nous ne sommes plus au temps uniquement des scénarii prospectifs, nous devons nous réinventer et piloter un quotidien imprévisible et chaotique. Il devient alors essentiel de devenir un phare : qui éclaire et guide, avec une posture aussi déterminée et alignée qu’humble pour laisser de l’espace à chacun afin de réussir à co-construire des solutions inédites et souples face à des paquebots qui tanguent.

Ainsi, face à la peur, il nous faut la Puissance de la sagesse, face à la violence, la Puissance de la paix, face aux décisions hâtives et émotionnelles (réactives), la Puissance de la maturité émotionnelle, face à l’agitation, la Puissance de la présence.

Les erreurs ne se regrettent pas, elles s'assument. La peur ne se fuit pas, elle se surmonte.

L'amour ne se crie pas, il se prouve.

Simone Veil

Christine Marsan, 11 mars 2020

 

[1] VUCA : Traduit de l'anglais-VUCA est un acronyme - utilisé pour la première fois en 1987, s'inspirant des théories du leadership de Warren Bennis et Burt Nanus - pour décrire ou réfléchir sur la volatilité, l'incertitude et la complexité. https://en.wikipedia.org/wiki/Volatility,_uncertainty,_complexity_and_ambiguity

[2] Livre Cynthia sur le courage

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OKAbonnements générés par Strikingly